· 

Pourquoi je me positionne contre l'interdiction de l'école à la maison (l' ief), alors que mes enfants sont scolarisés ?

Bonjour à toutes et à tous, 

 

Aujourd'hui j'aborde un sujet qui me semble important, un sujet qu'on ne doit pas laisser de coté, qu'on ne peut ignorer. Par cet article, je souhaite vous inviter à comprendre les enjeux qui se cache derrière... La privation de nos libertés.

 

"Pourquoi je me positionne contre l'interdiction de l'école à la maison (l'ief), alors que mes enfants sont scolarisés ?"

 

Pour le comprendre, commençons par voir les modes d'enseignement qui s'offrent à nous à ce jour :

Rappelons que depuis 2019, l'instruction est obligatoire dès 3 ans, pas l'école, ce qui laisse donc la possibilité de choisir entre : 

 

1/ L'école publique :

Il y en a des très bien, des écoles qui prennent soin de nos enfants, sont à leur écoute et organisent des activités ludiques. L'école de mes enfants est tout à fait dans cette optique. L'an passé, en moyenne section, ils ont fait de la couture par exemple! Cette année, en petite section, c'est une maitresse, bientôt en retraite, qui a proposé une activité de bain des poupons : une activité ludique, intéressante et qui va au delà des genres. Regarder par ici : "Le bain de bébé!" (https://www.specialitedunemaman.com/2020/09/30/le-bain-de-bébé/). Une école qui développe l'entraide entre les élèves.... OUI il existe de très bonnes écoles publiques! 

Il n'est en revanche pas possible de choisir un établissement public plutôt qu'un autre, puisque l'accès à ces établissements est assuré par secteur géographique, toujours dans l'optique de proposer une offre d'enseignement la plus égalitaire possible.

 

2/ L'école privée sous contrat

Une école privée dite sous contrat avec l'état touche des subventions, et l'Etat prend en charge les salaires des enseignants. Ce qui permet un accès à toutes les familles!

98% des écoles privées sous contrat sont de l'enseignement catholique. Alors oui, ces écoles dépendent de l'Eglise, toutefois, en accord avec l'Etat, elle sont ouvertes à toutes les confessions des élèves comme des enseignants. Donc accéder à une école privée sous contrat de l'enseignement catholique n'est pas un frein.

Les 2% restant sont laïques.

Ces établissements se doivent de respecter le programme scolaire de l'Education Nationale, au même titre que les établissements publics.

 

3/ L'école privée hors contrat :

Les écoles privées hors contrat avec l'Etat sont des établissements soit laïcs soit confessionnels de toutes religions. Ces établissements laïcs ou non, proposent des pédagogies dites alternatives. On a tous entendu parler des écoles Montessori ou encore des écoles méthode Freinet, il existe aussi des écoles bilingues, des écoles conçues pour les enfants HP (haut potentiel), mais aussi des enseignements classiques...

Les offres proposées par ces écoles en termes d'enseignement sont larges... MAIS cher! Puisqu'elles ne reçoivent aucun financement par l'Etat, ces écoles ont un coût important. (exemple : une école spécialisée pour les HP - Haut potentiel, à Lyon : 6700€ / an en primaire. Une école Montessori à Saint Etienne : 4600 € par an pour un enfant....)

Vous trouverez ici des statistiques des différents types d'établissements hors contrat (Classés par confessions, pas pédagogies dominantes...)

https://www.ecoles-libres.fr/statistiques/

A noter que :"L'établissement scolaire privé hors contrat n'est pas obligé de suivre les programmes, ni de respecter les horaires de l'enseignement public.

En revanche, il doit permettre aux enfants d'acquérir les connaissances du socle commun de compétences (défini par l'Education Nationale)" (extrait de service public.fr  : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F33876)

A noter que dans le projet de loi de Monsieur Macron, les établissements privés hors contrat confessionnels sont dans le viseur. Il est souhaité de renforcer les contrôles afin d'éviter des "endoctrinements". Plus d'informations dans dans cet article : https://www.francetvinfo.fr/societe/religion/religion-laicite/quelles-sont-ces-ecoles-hors-contrat-quemmanuel-macron-veut-surveiller_4126459.html

 

4/ L'Instruction en famille (IEF), l'école à la maison

Actuellement "Tout enfant en âge d'être scolarisé et soumis à l'obligation d'instruction, c'est-à-dire qui a entre 3 et 16 ans révolus, peut bénéficier de l'instruction dans la famille" (extrait service public.fr : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F23429)

A savoir que pour accompagner leur enfant dans ce choix d'instruire en famille, les parents disposent de plein de ressources (Cned par exemple...) et associations pour les guider en fonction de leur besoin. Par exemple : http://association-unie.fr/. Et il en existe plein!

Ces enfants ne sont pas plus isolés ou plus malheureux que les enfants scolarisés.

Instruire en famille ne veut pas dire enfant isolé, j'ai observé des familles qui se sont organisées pour permettre à leur enfant une vie sociale : Je pense à Sabrina, qui assure l'enseignement en journée, travaille les soirs et les samedis, et propose à sa petite de 3 ans, le centre de loisirs chaque mercredi.

Instruire en famille ne veut pas non plus dire, femme (ou mari) qui ne travaille pas : j'observe aussi des couples qui travaillent, et se sont organisés pour permettre l'IEF: certains travaillent les soirs et week end, d'autres en postes, et d'autres aussi en horaires de bureau: l'école à la maison est assurée en fin de journée. Les enfants sont gardés par les grands parents quand les parents sont au travail.

Ce mode d'enseignement n'est pas coûteux et est accessibles à tous.

Il permet de choisir la méthode pédagogique. Il permet d'assurer l'enseignement pour les parents qui voyagent aussi, ou pour répondre également aux besoins spécifiques de l'enfant si il y a lieu (HP, Autisme, enfants Dys...).

Les familles en IEF sont contrôlées à minima 2 fois / ans, conjointement par l'Académie et la mairie dont ils dépendent.

 

Je crois qu'il est important de préciser que TOUS ces modes d'enseignements sont soumis à des contrôles par l'Etat.

 

Choisir le mode d'enseignement, c'est un projet éducatif, mais aussi un projet de vie, un projet de famille....

Le projet de loi présenté par Monsieur MACRON

est clairement une atteinte à nos libertés de choix, à nos libertés de vie.

 

Il confond, la radicalisation avec les choix de vie, je dirai même qu'il profite sous couvert de radicalisation et dans un contexte angoissant qu'est le Covid pour imposer une telle mesure.

C'est pourquoi je suis révoltée par cette loi liberticide.

 

Maintenant rappelons aussi que l'instruction, quelques soit le mode d'enseignement choisi est un droit Constitutionnel. Ca n'est pas rien! 

"L'obligation scolaire : Depuis la loi Jules Ferry du 28 mars 1882, l'instruction est obligatoire. Cette obligation s'applique à partir de 3 ans, pour tous les enfants français ou étrangers résidant en France.

À l'origine, la scolarisation était obligatoire jusqu'à l'âge de 13 ans, puis 14 ans à partir de la loi du 9 août 1936. Depuis l'ordonnance n°59-45 du 6 janvier 1959, elle a été prolongée jusqu'à l'âge de 16 ans révolus. 

La famille a deux possibilités :  scolariser dans un établissement scolaire public ou privé ou assurer l'instruction des enfants elle-même (avec déclaration préalable)"

 (source: https://www.education.gouv.fr/les-grands-principes-du-systeme-educatif-9842).

 

Il est a mon sens important de pouvoir mettre en œuvre ce droit. Avoir la liberté de choisir de basculer à tout moment en IEF, pour s'adapter aux besoins de l'enfant tout au long de son développement.

A un moment de sa scolarité notre enfant ne trouvera peut être pas la réponse en termes d'écoute, de possibilité de s'adapter. Je veux me garder la possibilité de basculer à tout moment en IEF pour accompagner au mieux mes enfants....

 

L'école à la maison, nous en avons tous fait l'expérience pendant le confinement... Certains ont aimé (enfants comme parents), d'autres non...

Mais finalement nous avons tous pu essayer... !

Moi j'ai aimé, mes garçons aussi. Alors pourquoi les scolariser? Par choix, déjà en raison de ma 3ème grossesse et car l'école où ils sont est vraiment bien et leur apporte beaucoup. La seule chose que je déteste est de leur imposer de se lever le matin, donc ne pas respecter leur rythme de réveil.

 

Il ne s'agit donc pas de remettre en question l'école... Non, il s'agit de remettre en question la perte de notre liberté de choisir!

Je côtoie autour de moi des enfants scolarisés en école privée sous et hors contrat, en école publique, d'autres en IEF.... Tous sont heureux, car les parents on eu le choix de choisir ce qui convient le mieux à leur enfant!  Et pour moi, la priorité est le bien être de nos enfants!

  

De plus, je suis née dans un pays de Liberté, c'est une valeur forte et importante, une valeur que je veux transmettre à mes enfants. Je les invite à choisir par eux même, à développer leur esprit critique...

Alors... si je leur décris l'école comme "de toute façon quelque chose d'obligatoire", alors qu'aujourd'hui je leur explique que c'est un lieu d'apprentissage, un lieu où ils doivent se faire plaisir avant tout!.... Alors cette valeur de liberté perd tout son sens....

 

Le projet de loi Séparatisme inclut l'instruction à l'école obligatoire dès 2021... L'école à la maison est remis en cause pour éviter les radicalisations...  Cette loi est injuste et met tout le monde dans le même panier! ... Elle est à mon sens un prétexte... un prétexte pour nous ôter une liberté. 

 

Nous sommes TOUS concernés, il est important d'agir, et il y a urgence, car cette loi doit être votée le 09 décembre 2020.

Comment agir ?

- en parler autour de nous : car la fin de l'IEF n'est pas juste le fin d'une minorité qui enseigne à la maison, c'est la fin d'une liberté!

- sensibiliser, en partageant un maximum mon article!

- signer des pétitions, telles que celle ci : https://www.mesopinions.com/petition/enfants/maintien-droits-instruction-famille/107871?fbclid=IwAR3qir2RTESZbCG8-hI26iv2yZG1PMC1nL_SxUfWFdDPvenLGZ31CEVNjXE

- ne pas ignorer la situation ou se resigner.... Ne restez pas dans la peur ou dans le déni, nous sommes tous concernés.

 

Pour une fois, je vous écris un article engagé et j'assume.

Préservons nos libertés.

 

Elicheva

Illustration réalisée par Jika, Jika Illustration, que je remercie pour son soutien.

Écrire commentaire

Commentaires: 0