· 

Récit de mes 3 accouchements

Bonjour à tous et à toutes, 

 

Dans cet article, je souhaite vous raconter mes 3 accouchements. 3 naissances très différentes, 3 naissances heureuses.

 

Pourquoi vous raconter mes accouchements ?

Et bien pour témoigner de mon vécu et de l'évolution de mon cheminement de pensée.

Pour mes 3 enfants j'ai accouché dans une petite maternité accueillante et familiale : La maternité de Saint Chamond (42) : Maternité de l'Hôpital du Gier | Facebook.

 

1er accouchement (mars 2015)

Mon premier bébé est né en mars 2015. Pour lui je ne savais rien c'est simple je ne savais rien je suis devenue maman quand il est né ! 

Je ne savais pas qu'un projet de naissance ça existait !

Je ne connaissais pas le rôle du papa pendant l'accouchement.

J'avais fait la préparation à la naissance, on m'a expliqué techniquement le déroulement d'un accouchement.

J'ai fait de la sophrologie également mais elle ne m'a pas été d'une grande aide parce que je n'avais pas compris son intérêt lors de la naissance.

J'ai regretté également que lors des préparations à la naissance, on ne nous explique pas ce que c'est qu'un bébé et comment me comporter avec lui les premiers mois de vie : quel sont ses besoins, qu'est-ce que l'attachement, comprendre ses pleurs... Je ne savais rien, mon conjoint et moi avons vraiment tout appris avec la naissance de cet enfant. 

(Pour celui qui nous a fait devenir parent : Lettre à mon ainé : https://www.specialitedunemaman.com/devenirparent/)

 

Je ne savais pas non plus j'allais saigner pendant trois semaines après l'accouchement...

Alors pour ce premier accouchement vous vous en doutez je n'avais pas non plus conscience de la notion de douleur je ne savais vraiment pas.

 

C'était un lundi matin, je commençais à avoir des petites contractions à 9h du matin et là je me suis dit : "Si c'est ça les contractions ça va ça fait pas mal !".

J'ai appelé mon conjoint vers 11h en lui disant de revenir du travail parce que quand même ça s'intensifiait. Puis j'ai percé la poche des eaux quand il est arrivé donc vers midi ou 12h30. À ce moment-là les contractions n'étaient pas forcément très fortes mais à partir du moment où on a perdu les eaux on va à la maternité. Vers 15h les contractions commençaient à s'intensifier et là j'avais terriblement mal.

Et là aussi je ne savais pas que quand la poche des eaux est percée les contractions sont plus douloureuses (le liquide amniotique sert d'amortisseur pendant les contractions).

J'ai demandé une péridurale mais j'ai perdu tous mes moyens, j'avais très peur, j'étais en stress total, je n'ai pas du tout su gérer la douleur, la sophrologie ne m'a pas été utile puisque je n'avais pas compris qu'elle me serait utile.

J'ai eu la péridurale mais elle a été extrêmement fortement dosée donc je ne sentais plus rien... J'ai accouché à 21h mais dans des conditions très médicalisées puisque mon bébé se présentait bien mais il avait le cordon autour du cou et comme j'étais sous stress il était certainement lui aussi sous stress... donc c'est un accouchement qui s'est passé avec un gynéco, les forceps, la ventouse et une épisiotomie...

 

Alors le stress parlons-en parce qu'il me semble que c'est important de comprendre son impact sur un accouchement. Quand on est stressé on ressent une émotion (peur, colère, honte...) en l'occurrence l'émotion que je ressentais était certainement de la peur. 

Mais que se passe-t-il dans le corps quand on a peur ? Et bien quand on a peur le corps peut avoir trois réactions, c'est physiologique :

- attaquer,

- se figer,

- ou fuir.

Une femme enceinte n'a pas la possibilité de fuir ou d'attaquer donc elle va se figer.

Comment va t-elle se figer : le corps va figer certains organes et il va en booster d'autres, par exemple le cœur va s'accélérer pour pouvoir donner un plus grand afflux sanguin dans l'ensemble du corps, mais les organes les moins importantes pour gérer la peur vont être mises en stand-by .... et l'utérus en fait partie.

Donc quand on est sous stress à cause de la peur pendant un accouchement le corps met les muscles utérins en stand-by, il les fige.

Ils ne fonctionnent plus donc ils ne font pas leur travail. C'est pourquoi il est important d'apprendre à maîtriser la peur et c'est là où une doula (https://www.specialitedunemaman.com/2020/09/05/découvrir-un-métier-doula/) par exemple va aider à évacuer cette peur ou une sage-femme bien sûr ou encore une éducatrice HypnoNaissance (https://www.specialitedunemaman.com/hypnonaissance/).

 

Ce qu'on oublie aussi, et ce dont j'avais peu conscience en 2015 c'est que bébé vit tout ce qu'on vit, toutes les émotions qu'on ressent (même in utero). Donc si moi j'étais sous stress et j'avais peur lui aussi avait certainement très peur.

Là aussi c'est important même plus tard, même quand il est plus grand, de parler à notre enfant de sa naissance et des difficultés ou des facilités de sa naissance. On n'est pas obligé de rentrer dans les détails techniques mais on peut lui expliquer que ça a été une naissance difficile, que ça a certainement laissé des traces dans son corps et dans son cœur, qu'il a peut-être ressenti de la peur, et qu'à ce moment-là, moi je ne maîtrisai rien je n'étais pas expérimentée. Faire cette démarche peut le libérer de certaines émotions enfouies.

 

Et puis pour cet enfant je travaillais beaucoup je faisais des déplacements : 15 jours avant d'accoucher j'étais partie à 100 km de chez moi pour une intervention. Sincèrement je n'aurais pas dû et je regrette parce que j'ai trop forcé sur la fin de ma grossesse. Mon petit est né avec trois semaines et demi d'avance, et petit poids (il pesait seulement 2,4 kg à la naissance), il aurait pu rester bien 15 jours de plus dans mon ventre.

C'est aussi un message pour vous dire de prendre soin de vous.

J'avais un employeur qui n'était pas bienveillant, mon employeur était pourtant une femme... et avec trois jeunes enfants... et pour autant elle n'a pas accepté ma grossesse donc elle n'a pas été du tout sympa avec moi... Donc mesdames vraiment prenez soin de vous et si vous avez besoin de vous arrêter faites-le : soit c'est un bon employeur et il sera compréhensif soit s'il commence à vous reprocher des choses c'est que c'est un mauvais employeur et il ne sera pas bienveillant vis-à-vis de votre grossesse, ou à votre retour de congès maternité.

 

Donc voilà pour mon premier accouchement un bébé qui au final allait bien j'étais la plus heureuse des mamans mais un accouchement dans la peur un accouchement médicalisé qui a sans doute laissé des traces à mon aîné, c'est pour ça que je lui en ai parlé.

 

2ème accouchement (Janvier 2017)

Pour mon deuxième bébé, né en 2017, je savais à quoi m'attendre donc ça m'a aidé ! Un accouchement assez rapide. Comme pour son aîné j'avais perdu les eaux... C'était un jeudi soir. En début de soirée j'ai commencé à comprendre que que bébé n'allait pas tarder à sortir car je sentais qu'il était bien bas, mais je n'avais pas de contractions... et à 23h, toujours pas de contractions mais j'ai perdu les eaux donc nous sommes partis à la maternité.

J'ai fait garder mon aîné par mes parents donc tout allait bien, je me sentais en sécurité.

J'ai demandé aussi une péridurale vers 3h parce que je commençais à avoir mal et que je savais qu'avec la poche des eaux percées ça allait faire mal. Cette fois, grâce à la sophrologie, j'ai géré la douleur ; j'avais compris à quoi la sophrologie me servait. Elle m'a aidé à me concentrer et à rentrer en relaxation jusqu'à la pose de la péridurale.

J'ai accouché à 5h du matin en position allongée sur le dos avec une péridurale légère, une belle naissance avec un bébé qui était tout zen, moi aussi.

Une belle naissance où le papa a pu couper lui-même le cordon.

Pour mon deuxième enfant j'avais maintenant connaissance de l'existence des projets de naissance... mais je n'en voyais pas l'intérêt... et par exemple le cordon a été coupé tout de suite...

 

Une belle naissance dans la douceur, et nous étions plus dans l'intimité que la première naissance où il y avait beaucoup de monde autour de moi : 2 puéricultrices pour essayer de me calmer, il y avait le gynéco, il y avait des sages-femmes... au moins 5 ou 6 personnes et mon conjoint mis un peu de côté au milieu de l'urgence médicale. Alors que pour cette deuxième naissance et bien il y avait la sage-femme, il y avait mon conjoint peut-être une puéricultrice et c'est tout donc c'était intime c'était calme, agréable et rapide.

 

3ème accouchement (Novembre 2020)

Mon troisième bébé est le 21 novembre 2020. 

Pour cet accouchement, j'ai eu connaissance de beaucoup plus de choses et les rencontres que j'ai pu faire (des rencontres en réel, mais aussi via Internet) m'ont permis de voir l'accouchement d'une tout autre manière.

 

J'ai rencontré une doula, Sabrina, que j'ai eu le plaisir d'interviewer pour présenter son métier : https://www.specialitedunemaman.com/2020/09/05/découvrir-un-métier-doula/ => l'interview de Sabrina a été géniale. Cet échange m'a changé, ça m'a permis de lever la peur d'accouchement que je pouvais avoir à savoir la peur de la douleur.

 

J'ai rencontré des Sages-femmes avec lesquelles j'ai fait de la Sophrologie, du yoga. Des femmes à l'écoute, qui ont su répondre à mes questions.

L'une d'elle, m'avait conseillé de lire le livre HypnoNaissance, la méthode MonganL'hypnonaissance : La méthode Mongan - broché - Marie F. Mongan - Achat Livre ou ebook | fnac => pour moi ça a été une révélation, je suis complètement en phase avec cette philosophie.

 

J'ai ensuite eu l'opportunité de rencontrer et interviewer (via Internet) Magalie qui est éducatrice HypnoNaissancehttps://www.specialitedunemaman.com/hypnonaissance/  => Entre le livre HypnoNaissance et l'interview et les échanges avec Magali, mon regard sur l'accouchement a encore évolué !

 

J'avais aussi pour cette naissance enfin compris à quoi sert un projet de naissance (un prochain article à paraître sur le sujet 😉.)

Alors pour cet accouchement j'ai écrit un projet de naissance, que j'ai construit petit à petit, très progressivement au fur et à mesure de ma grossesse.  Ca m'a permis de construire ma pensée, la vision de mon accouchement...

 

C'est ce projet et aussi les rencontres que j'ai pu faire entre les sages-femmes, la doula, l'éducatrice HypnoNaissance ainsi que le gynéco de la maternité qui m'ont permis d'aller sereinement donner naissance à mon 3ème enfant.

 

Pour cet accouchement je crois que le travail s'est fait tout en douceur puisque la semaine précédant la naissance de mon petit qui est né le samedi 21 novembre 2020 j'ai eu deux jours où je ne faisais que dormir, j'ai eu des soirs avec quelques petites contractions mais bon j'allais prendre un bain chaud avec quelques gouttes d'huiles essentielles (Ylang Ylang) et ça allait mieux.

Et le vendredi je sentais bien qu'il était bien bas, j'ai eu quelques pertes mais sans plus... Et puis j'étais un petit peu dans l'inconnu puisqu'avec mes deux précédents accouchements j'avais perdu les eaux donc je ne savais pas vraiment ce qui était le "vrai" travail ou le "faux" travail...

J'ai compris après qu'en fait les pertes que j'ai eu le vendredi, montraient que mon col était déjà ouvert.

Puis, dans la nuit, le samedi à 3h du matin j'ai commencé à ressentir des contractions. (Pour la suite de mon récit je parlerai de vagues, car en HypnoNaissance on évoque plus la notion de vague : chaque vague me rapproche plus de mon bébé.) 

J'ai donc pris un bain pour calmer les vagues...sans succès ! Petit à petit, les vagues se sont un peu intensifiées, elles devenaient régulières... j'en avais toutes les 10 minutes vers 4h30/45... Mais comme je ne savais pas ce qu'était le travail puisque je ne l'avais pas vécu précédemment, je n'avais pas compris que quand on en a toutes les 10 minutes, il est temps de partir ! LOL (merci Internet !! LOL) et devant l'insistance de mon conjoint, j'ai appelé la nounou (pour garder nos ainés).

Le temps qu'elle arrive, il était 5h45.

La petite touche aussi c'est que entre 3h et 5h mes 2 garçons se sont levés, l'un près l'autre en se demandant bien ce qui se passait parce qu'ils ont entendu l'agitation ! 

Le petit, je l'ai retrouvé en sortant de mon bain dans mon lit avec son papa... tranquille. Quand je lui ai demandé de retourner dans son lit parce que nous étions susceptibles de partir à tout moment... il était tellement heureux de savoir qu'on allait partir à la maternité qu'il a fait un énorme câlin à mon ventre !

Et à 5h30, mon ainé est sorti de sa chambre, et voyant les lumières allumées et papa et maman habillés:  "Qu'est-ce que vous faisez ?!" C'était très drôle ! Donc on lui a dit que la nounou allait venir car on partait à la maternité ... il est retourné se coucher avec un grand sourire !

Les interventions de mes garçons m'ont procuré beaucoup de bien être ! Je suis partie chargée d'ocytocine ! 

A 5h45, la nounou est arrivée... Départ pour la maternité ! 

Nous sommes arrivés devant les portes de la maternité à 6h15.... il était temps... j'ai accouché à 6h41 !! 

6h20, nous sonnons aux portes de la maternité : "C'est pour ?" "Accoucher !"

On nous invite à aller en salle d'examen... Les vagues commençaient à être assez intenses... Puis une sage-femme m'indique "on va mettre le monito"... "non !"... "Ah ... ah oui on dirait qu'il est bientôt la votre bébé".

Après m'être déshabillée tant bien que mal, et avec l'aide de mon conjoint, je me suis installée sur le lit de la salle d'examen. Les vagues étaient de plus en plus intenses... Je gérais au mieux, avec les respirations de la vague apprises en HypnoNaissance et avec les huiles essentielles (Ylang Ylang en inhalation et Clarycalm, un mélange d'huiles essentielles dont la sauge clarée, en massage du sacrum. Le 1er pour l'apaisement, le 2nd pour soulager les vagues et stimuler le travail).

A peine installée, la Sage-femme m'informe que mon col est ouvert à 8. Donc : "pas de péridurale Madame ! Comme vous le souhaitiez !" "Mais si, moi je la veux !" ... oui oui j'ai dit ça, car je crois que j'avais envie qu'on me dise ben non, puisque c'est ton souhait ! Un moyen de confirmer que j'étais capable de le faire !

 

Pour cette naissance j'ai aussi appris qu'on peut accoucher autrement que sur le dos et les pieds dans les étriers, en effet cette position est une position qui facilite le travail des soignants mais qui n'est pas forcément physiologique... 

Quand on accouche de façon naturelle et bien oui on peut choisir la position dans laquelle on se sent le mieux.

J'ai d'abord choisi de m'installer sur le côté pour gérer au mieux les vagues.

Après 3 minutes dans cette position, une sage-femme m'examine de nouveau, et m'informe que mon col est à 10 ! Bébé est prêt à sortir !

Les vagues étaient intenses... elles me rapprochaient de mon bébé !

J'ai choisi de me positionner à semi 4 pattes (un bras tendu en appui sur la lit, le second appuyé sur le bras de mon conjoint).

J'ai vécu 3 vagues... j'ai géré l'intensité des vagues au mieux. 

J'étais motivée en entendant les sage-femmes dire "Tu as lu on projet de naissance ? il est top !!"

Mon conjoint, me soutenait et me glissait des mots pour m'encourager : "Concentres toi sur ta vague" "Notre bébé est bientôt là". Il a su me replonger dans ma relaxation.

Pendant ces 3 vagues les Sages-femmes m'ont demandé de pousser... mais moi je ne voulais pas pousser, car en HypnoNaissance, on ne pousse pas, pas la peine de s'épuiser... on accompagne bébé, notamment par la respiration de naissance (une respiration par la bouche, avec un souffle dirigé vers le bas, vers l'utérus, on visualise ce souffle qui accompagne et guide bébé vers la voie de naissance)... J'ai pu faire 1 respiration de naissance... après la 1ère vague, les 2 autres étant vraiment intenses, j'ai décidé de crier... crier pour évacuer, et pour permettre à mon corps, de se focaliser sur les muscles utérins... Je n'ai pas eu l'impression de pousser, j'ai eu la sensation que mes muscles utérins accompagnaient mon bébé, le guidaient.

Entre 2 vagues, les sage-femmes ont pensé que j'avais peur, je les ai entendu dire "Elle a peur"... j'ai répondu : "Non ! j'ai pas peur" ... mais mon bébé lui avait peut être peur... Alors je l'ai soutenu :"Aller mon bébé on y va".

Une fois la tête sortie, je n'ai pas attendu la vague suivante, j'ai crié de nouveau et fait travailler mes muscles utérins pour accompagner bébé, et sortir les épaules... Les Sage-femmes m'encourageaient : "Aller, la tête est sortie, restent les épaules !".

Mon bébé est né !

"Je l'ai fait ! Je l'ai fait !" C'est ce que je n'arrêtais pas de dire !

J'ai donc accouché ...en salle d'examen, sans perfusion d'ocytocine.. de façon totalement naturelle, et dans respect de mon projet de naissance !

 

Pour cet accouchement, j'ai vécu les vagues (les contractions) non pas comme de la douleur, mais comme de l'inconfort, un inconfort qui s'intensifiait au fur et à mesure du travail.

J'étais dans ma bulle, avec mon bébé et mon conjoint, il a su me recentrer, me replonger dans ma bulle quand il le fallait.

 

J'ai particulièrement aimé l'accueil de la maternité et des sages-femmes ... je suis arrivée à 6h15 j'ai accouché à 6h41 elles ont quand même pris le temps de lire mon projet de naissance (je l'avais présenté en amont lors des RDV de suivi avec la sage-femme cadre et le gynéco, toutefois j'ai pu constater l'enthousiasme face à mon projet, et le fait qu'il était en 1ère page de mon dossier !)

 

Une maternité à l'écoute et bienveillante.

Et pourtant cette maternité n'est pas connue pour accueillir des accouchements naturels, alors que eux sont ravis d'en accueillir ! (Un projet de salle nature est d'ailleurs en cours)

Je crois qu'il est important de savoir qu'il y a des équipes et des gynéco qui sont ouverts aux projets de naissance ,qui sont prêts à nous écouter, nous accueillir.

Et je crois qu'il est important de se rappeler que notre corps fait pour donner naissance.

 

Et le lien d'attachement ?

Il ne m'a pas fallu longtemps pour avoir ce lien d'amour: il a été immediat pour mon 1er et mon 3ème bébé. Moins instantané pour mon 2ème bébé, et en en reparlant avec mon conjoint, il m'a rappelé que je m'attendais à revivre le même lien qu'avec mon 1er enfant. Il m'a fallu un jour ou 2 pour comprendre que c'est un nouvel amour qui est né et pas un amour "dupliqué" du 1er. 

 

Par cet article j'ai envie de vous inviter à vous renseigner, à rencontrer des doulas, des sage-femmes, des éducatrices HypnoNaissance, à parler avec d'autres mamans de la naissance... à découvrir le Yoga, la sophrologie, la relaxation, l'autohypnose, la visualisation... autant d'outils qui nous plongent dans un bulle avec bébé, autant d'outils qui nous aident à nous connecter à bébé (cf. cet article : Connexion avec bébéhttps://www.specialitedunemaman.com/2020/09/02/grossesse-et-connexion-avec-bébe/).

 

Nous avons ce pouvoir d'enfantement !

Pour mes 3 accouchements cela a été médicalisé, doux, intense... 3 naissances différentes, 3 belles naissances.

Je vous invite également à écouter ou réécouter cette interview de Michel Odent (par Mumscollective),  chirurgien et obstétricien, conférencier et auteur d'articles scientifiques. Un grand monsieur, qui nous offre une vision tellement belle et vraie de l'accouchement, et qui nous redonne notre pourvoir d'enfantement! : https://www.specialitedunemaman.com/2020/09/20/changer-de-regard-sur-la-naissance-et-l-accouchement-par-michel-odent-podcasts-mumscollective/

 

A bientôt !

Elicheva 

Écrire commentaire

Commentaires: 0