· 

Fratrie : Comment gérer le mode "bagarre"?

Bonjour à toutes et à tous, 

 

Dans cet article, je ne parlerai pas des disputes (cela fera l'objet d'un autre article dans les semaines à venir ;-) ), je parlerai des bagarres

 

Ce que j'appelle le mode "bagarre" c'est quand nos enfants jouent tranquillement, chacun de leur coté ou ensemble et d'un coup : "on se combat?!" "Ouais!" … Et c'est parti pour une scène de karaté, mélangée à du kung fu, et à de lutte … Et le parent voyant le début du mode bagarre : "ah non! non! non!! pas de bagarre! Vous allez encore vous faire mal, mais c'est pas possible!"

 

ok, aller je souffle un coup et je prends du recul….

 

Pourquoi ont ils besoin d'activer ce mode "bagarre"?

Car quand ils commencent, c'est bien un accord entre les deux. Il ne s'agit donc pas d'un mésentente, mais bel et bien d'un accord entre eux… ok, donc c'est de l'ordre du jeu? …. Hum...

 

Et bien oui, c'est du jeu! Dans la nature, les fratries de chiots ou de lionceaux par exemple passent de long moments de jeux et de bagarres. Cela leur permet de comprendre leur capacité physique, d'apprendre à doser leurs gestes. Dans la nature, il s'agit également d'apprendre à se défendre ; pour nous les humains, il s'agit d'apprendre à affiner ses gestes, exercer et sentir sa force, développer ses muscles et son cerveau.




 

 

Ok, donc, on devrait accepter qu'ils se battent? 

Oui, et Madame Isabelle Filliozat nous invite à leur permettre de jouer à la bagarre ou faire de la lutte mais dans un cadre.

Si on constate un début de mode "bagarre" : On intervient et on cadre la bagarre :

=> on définit des règles : pas le droit de se faire mal, si l'un de vous dit "stop" ou "arrête", le second arrête, la bagarre ne peut avoir lieu que si papa ou maman est présent (pour sécuriser!),

=> on définit le "ring " : sur le lit par exemple.

 

Donc, oui, on peut permettre des moments de bagarre!

Définir au préalable des règles est encore mieux : Claire Marsot, l'atelier des émotions, Coach Parental et conférencière du réseau Filliozat nous précise qu'avant de commencer, on peut entraîner les enfants à dire stop en faisant semblant. On peut préciser ce qu'on a le droit de faire : pousser, tirer, rouler par dessus. Et on explique que taper, mordre, griffer font mal, dans ce cas on dit "stop".

 

Oui, mais s'il se font mal?

Claire Marsot nous explique que oui, ça peut arriver! : 

Effectivement, se bagarrer permet d'affiner ses gestes et ses mouvements, d'apprendre à doser sa force, c'est pourquoi parfois ils se font mal. S'ils se font mal pendant le jeu bagarre, il n'est pas nécessaire de stopper le jeu en y ajoutant tonnes de reproches. On stoppe, on s'assure que celui qui a eu mal va bien, et on les laisse reprendre la bataille s'ils le souhaitent. L'enfant apprend qu'il peut se faire mal.

Si l'enfant tape, mord, griffe, donne un coup de pied, on évite de le gronder, on rappelle ce qu'on a le droit de faire. Si on devient très énervé on peut boire un verre d'eau ou reporter le jeu à un autre moment. Rappelons nous qu'ils sont en apprentissage. Et il doit toujours y avoir consentement des 2 enfants.

 

Pour conclure, je me pose une question : Les bagarres sont-elles propres aux garçons? A mon sens non, puisque dans la nature, il n'y a pas de distinction de sexe pour le mode "bagarre"!

 

A bientôt

Elicheva

(Article illustré par Jika)

 

Version à colorier

Écrire commentaire

Commentaires: 0