· 

C'est la crise! Comment gérer la situation?

Bonjour les mamans et les papas!

 

Les crises des petits ... des moments vraiment très déstabilisants, on se sent désemparé!!

 

Comment gérer la situation? Que se passe t-il pour mon petit ? Est-ce que je dois changer quelque chose dans ma façon de faire?

Autant de questions qu'on se pose quand on voit notre enfant se rouler par terre car on a pas su s'entendre….

 

Nous les adultes, on a tendance à penser que les enfants résonnent comme nous... mais non, on oublie que leur cerveau est immature, et ne sait pas gérer les émotions.

Quand un enfant vit une émotion il la vit à 2000% (qu'elle soit positive ou négative, la joie comme la peur ou la colère explose!) L'enfant vit une véritable "tempête émotionnelle" comme nous l'explique Mesdames Filliozat et Gueguen, il ne maîtrise plus rien, même plus son corps...

Quand il se met à hurler ou se rouler par terre, ça n'est pas du cinéma, il ne se contrôle vraiment plus du tout.

Il faut savoir aussi que bien souvent la source des crises... C'est nous! Nos réactions d'adultes!

 

Alors comment faire pour changer la situation :


 

1/ Travailler sur la source de la crise:

- en signifiant notre refus différemment : privilégier le stop plutôt que le non (plus d'infos dans cet article)

- en utilisant des formulations positives: "stop, ce tiroir est interdit, car il est a papa et maman, ... " (au lieu de dire par exemple "il ne faut pas toucher ce tiroir", le petit enfant n'entend pas les négations, le "pas")

- en proposant une alternative "... Mais tu peux utiliser ce placard là... " Par exemple.

- en refusant... sans refuser :"Oui, c'est une bonne idée, on va la garder en tête car là tout de suite ce n'est pas possible, mais on pourra le faire ce soir je pense" (évidemment il faut tenir parole! De plus cette stratégie a du sens si la demande de l'enfant est possible, sinon, il faudra lui expliquer pourquoi c'est impossible).

 

2/ Si la crise est là :

- Avant tout il faut savoir qu'un enfant est incapable d'écouter lorsqu'il est en tempête émotionnelle, donc... Il va s'agir de rester zen ...et d'attendre :

- Se mettre à son niveau et ouvrir les bras en lui disant doucement qu'on est là pour lui, pour accueillir son émotion.

- Si la crise est trop forte et qu'il refuse de rejoindre les bras qui lui sont ouverts, ça n'est pas du rejet, vraiment il ne se contrôle pas. Dans ce cas, ne pas le repousser, rester près de lui pour le sécuriser car il ne contrôle pas ses gestes.

- Lui parler doucement et le moins possible en lui disant qu'on est là pour lui, et que quand il sera prêt nos bras sont prêts à l'accueillir.

Quand l'enfant sera prêt il viendra. Et on lui offrira un câlin, sans un mot! (Le câlin déclenche des hormones de bien être qui vont l'aider à se calmer. Rappelons nous que les jeunes enfants sont incapables de se calmer seuls).

- Quand les pleurs seront passés, alors seulement on pourra lui parler : "Je vois bien que tu ressens de la colère car j'ai refusé que...." Et on explique pourquoi on a refusé, puis on peut lui proposer une alternative.

 

- Il s'agit aussi de penser à se remettre en question : "je vois que tu es en colère car j'ai refusé que tu vides le lave vaisselle, tu aimerais que je te laisse faire?... Hum, tu aimerais peut être que je t'accorde plus de confiance... ". L'enfant a peut être besoin de plus d'autonomie. Alors offrons lui la possibilité de faire des choses de grands comme vider le lave vaisselle, étendre le linge, se servir tout seul son jus... Et même s'il se trompe, on dédramatise car se tromper c'est aussi apprendre! :  "oh le jus à déborder, on va nettoyer ensemble, tu prends une éponge stp?" Et lui redire de prendre son temps quand il se sert. Il va adorer faire des trucs de grands, et se sentira utile car il va aider ! Il se sentira responsabilisé. (Ahh maintenant je sais que vous avez compris le sens du dessin d'illustration de mon article ! ;-)  : et si au lieu de refuser qu'il joue avec les pinces à linge au risque de faire face à une crise, je lui offrais la possibilité de m'aider...)

 

Madame Filliozat dans son livre "J'ai tout essayé", nous rappelle que : "L’enfant à le droit d’éprouver de la colère, c’est l’émotion naturelle de la frustration".=> il a le droit d'éprouver cette émotion, à nous de l'accueillir. Et à nous aussi d'améliorer la communication avec nos petits pour éviter une crise quand c'est possible.

 

A bientôt 

Elicheva

(article illustré par Jika) 

Écrire commentaire

Commentaires: 0