· 

"C'est rien!" / "C'est pas grave!"... et si pour l'enfant ça n'était pas rien? Et si dans les yeux de l'enfant c'était "grave"?

Bonjour à toutes et à tous,

 

"C'est rien!" ou "C'est pas grave!", voilà 2 petites phrases que nous sommes très vite tentés d'utiliser.

 

Mettons nous en situation :

Le petit trébuche et s'égratigne le genou ; ou il perd sa petite voiture lors d'une balade ; ou encore il casse un jouet avec lequel il jouait tout le temps…. et là par réflexe, et pensant bien faire on lui dit : "C'est pas grave mon loulou, c'est rien du tout!". 

 

Alors, je me pose la question quant à savoir pourquoi on lui dit ça? Et en quoi on pense que ça va aider notre petit à gérer la situation?

 

Concrètement il vient de se faire mal, et moi je lui dit "c'est pas grave" ou "c'est rien"...Et pour peu que cela arrive en public, il faut "vite le calmer"... mais pourquoi? parce que ses pleurs dérangent? ou parce que moi, j'ai l'impression que ses pleurs dérangent?

Mais pour lui ça n'est pas "pas grave", et ça n'est pas "rien" ; il s'est fait mal, il a peut être eu peur, il a besoin d'exprimer sa douleur et sa peur, et il a besoin de réconfort. Et il ne s'intéresse pas au regard des autres!

Il en va de même pour l'exemple du jouet perdu ou cassé, pour lui ça n'est "pas grave", et ça n'est pas "rien", il est certainement très attaché à ce jouet et il ressent sûrement un grande tristesse d'avoir perdu ou cassé ce jouet auquel il tenait tant.

 

D'ailleurs Madame Filiozat nous invite à bannir ces 2 phrases… pour ne pas minimiser ses émotions.

 

Oui, vous avez bien lu… en lui disant "c'est rien" ou "c'est pas grave" je viens de nier son émotion, de refuser son émotion.

Alors, il est possible qu'il réagisse en pleurant encore plus… car il se sent totalement incompris…

Et là certains diront : "ben moi, il comprend que c'est rien ou pas grave car il arrête de pleurer"... ben non, ça n'empeche pas le fait qu'il a ressenti de la peur, de la tristesse ou autre ou qu'il ait eu mal. Pourquoi il a cessé de pleurer?… car il a finit par nier lui aussi son émotion, par la garder en lui… car l'adulte ne lui a pas permis d'exprimer son émotion.

 

Alors, comment gérer la situation?

En accueillant son émotion. 

Il s'est fait mal, il a perdu ou cassé son jouet favori : prendre l’enfant dans ses bras et lui dire :

"Tu t'es fait mal et tu as dû ressentir de la peur. Je comprends.

"Tu es triste car ce jouet s'est perdu ou cassé, je comprends.

Un câlin est le meilleur réconfort qui soit.

Il s'agit donc d'accepter ce qu'il ressent et ce qu'il a vecu, et de l'aider à mettre des mots sur ses émotions. L'enfant se sentira compris et pourra exprimer son émotion.

 

A bientôt!

Elicheva

(article illustré par Jika)

Écrire commentaire

Commentaires: 0